SÉJOUR DANS LE VAL D'ARAN DU 17 AU 22 SEPTEMBRE 2018

 

Compte rendu séjour Val d’Aran, Lous Passa Camins

 

Jour 1 : Lundi 17/09 : Matin visite d'Aran Park à Bozos ; Après-midi : la Cabane des Artiguettes

 

1er jour le lundi 17 septembre 2018

Nous étions 20 marcheurs pour une semaine de rando dans le Val d’Aran, Catalogne». À 2 pas de la frontière par le col du Portillon, les béarnais se sont sentis chez eux.

Pour commencer le séjour,  la visite de l’Aran Park sous le soleil nous a enchantés. Nous étions comme des enfants : « Regardez un loup blanc et là un ours brun comme il doit s’ennuyer à faire toujours le même trajet sur sa margelle ». Tous les panneaux étaient écrits en 5 langues : l’aranais, le catalan, le castillan, le français et l’anglais. « Eth gatilop ? ah c’est aussi écrit lynx ».

Après cette promenade au pays des animaux sauvages sus à eth saut deth Pish, la cascada aranesa por excelencia. Elle devait se prolonger par une rando surprise mais celle-ci fut un peu écourtée car jugée aventureuse et puis nous avions encore à rejoindre Vielha et à nous installer dans nos pénates (de luxe) à l’hôtel Tuca à l’entrée de Betrén ; un hôtel parfait, seule la sangria a été jugée un peu légère par les connaisseurs.

Il ne nous restait plus qu’à nous acheminer vers le restaurant de l’hôtel où un succulent buffet de spécialités catalanes nous attendait.

Les choses se présentaient très bien…

 

Maryse Bellanger

 

Jour 2 : mardi 18/09 : Les lacs de Baciver depuis la station de Baquera

 

 (Cotation = E3/T3/R3) : 10,4 km, 550m D+, 6h00.

Après un départ assez groupé, environ au bout d’une demi-heure, nous avons attaqué une montée au milieu de gros rochers , pour arriver au début du vaste plateau d’Orri.
C’est avec émerveillement, que tout le groupe découvre le premier lac de Baciver à une altitude d’environ 2200m .
Sur le plateau d’Orri, les pas se sont accélérés pour s’approcher au fond du cirque d’un autre grand lac où nous avons PN .
Les pics de Rosario, de Marimania et de Baciver ont encadré majestueusement notre périple.
Après cette pause, nous avons poursuivi notre randonnée et croisé au passage un jeune isard surpris par notre colonne de marcheurs.
Nous avons terminé la boucle après une dernière rencontre et des échanges, avec des marcheurs de la Balaguère .
La descente s’est poursuivie par la trace que nous avions prise à l’aller, avec toujours cette palette de couleurs baignée d’une lumière éclatante propre à l’Aran.
C’est avec plaisir que nous avons apprécié les pauses humoristiques de Michel, les commentaires et les explications mycologiques de Patrick et les observations des uns et des autres pour enrichir nos connaissances sur nos Pyrénées.

Christian SERRES 

 

Jour 3 mercredi 19/09 : Le cirque de Colomers depuis Salardu = 8,4 km et 400m de D+

 

Cette journée consacrée aux lacs de Colomers  a été fréquentée par deux groupes. Le groupe 2 composé de neuf participants s’est vu renforcé par Marie-Jeanne et Jean-Claude venus passer la journée avec nous.

Quittant l’hôtel vers l’est en direction de Baqueira nous obliquons vers le sud à Salardu. La piste entre dans une vallée profonde s’élevant légèrement jusqu’aux Banhs de Trédos puis plus fortement pour atteindre le parking.

Nous empruntons un sentier caillouteux pentu avec des passages de dalles irrégulières  traversant une forêt de pins pour atteindre le barrage où nous retrouvons le GR11 que nous suivons laissant sur notre gauche le lac de retenue où se situe le refuge de Colomers.

Suivant un petit torrent le sentier s’élève pour atteindre l’Estanh Mort premier lac du superbe cirque de Colomers que nous longeons vers le sud. Le sentier continue de s’élever. Et là nous retrouvons Patrick ayant renoncé à poursuivre avec l’autre groupe. Nous passons alors auprès du Gargolhes de Jos puis poursuivant sur le plateau vers l’est  nous longeons l’Estanh Plan.

Le sentier quitte les 2200m du plateau pour rejoindre l’Estanh Redon doté d’une petite ile.  Nous retrouvons le GR11 et le longeons à présent vers le nord. Il se déverse dans l’Estanh Long superbe lac. A son extrémité le sentier remonte pour redescendre vers l’ouest et rejoindre le barrage.

Cette boucle nous a permis de découvrir un paysage exceptionnel par un beau soleil.

La descente vers les voitures est plus ou moins rapide compte tenu de la structure de sentier.

 

Nous retrouvons Salardu pour prendre une boisson allant du verre de bière à un verre de sangria puis un peu plus tard pour un pot commun autour d’une sangria délicieuse au Gascon de Vielha ayant produit quelques effets !!!

Pet N

 

 

 

Jour 4 jeudi 20/09 :

La Cascade du Vall de Molières et le Vall de Boï

 

Après le magnifique cirque de Colomers, le journée est  prévue plus bucolique.

La mise en jambe de la matinée se fait tranquillement ; dès les premières sentes herbeuses, les douceurs mycologiques automnales nous apparaissent : champignons des près ( agaricus) , coulemelles ( lépiote élevèe).

L’Aneto, soudain, dans ce ciel azur, se dresse majestueux avec son glacier.

Chemin faisant, la cascade du Vall de Molières se dévoile.

Le sous bois humide  qui la longe est un terrain favorable à la pousse des champignons et ce sera l’occasion de faires un petit cours de mycologie avec travaux pratiques.

Le PN est pris sur le chemin du retour à l’ombre des arbres bordant le torrent.

 

Après ce frugal repas, nous prenons la direction du Vall de Boï, vallée où l’art roman est exceptionnel.

Le départ du circuit démarre au pied de l’église de Boï , suivant le sentier de randonnée aménagé dans ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Nous cheminons vers Erill la Vall pour visiter l’église Santa Eulalia avec sa fameuse DESCENTE DE LE CROIX (l’original est conservé au Musée National d’Art Catalan).

Le  pot de rafraichissement, à la taverne du village est le bienvenu.

Nous reprenons ensuite le direction de Boï pour visiter le village et l’église Sant Joan avec ses merveilleuses peintures murales ; outre les peintures, ces églises au nombre de huit dans la vallée sont caractérisées par des clochers sveltes et élancés qui à l’époque médiévale étaient utilisés comme élément de surveillance et de communication.

 

Patrick

matin, la cascade du Val  de Molières = 7,4km et 460m  de D+ ; après-midi, visite des églises peintes romanes du Val  de Boï. 203km et 125m+

 

 

 

Jour 5 vendredi 21/09 :

J5  Rando du 21 septembre

Quelques défections ce jeudi réduisent le nombre de participants.

Nous remontons le cours de la Garonne naissante vers le Port de la Boneigua où nous laissons les véhicules au parking de la Peulla.

Nous traversons un petit torrent et prenons un sentier qui nous conduit vers le sud  en s’élevant progressivement pour rejoindre un vallon où se poursuit l’ascension  vers le sud-ouest.

Assez rapidement nous trouvons quelques champignons.

Nous atteignons un premier lac à l’eau transparente dans un espace arboré puis reprenons l’ascension, le sentier devenant plus rocheux.

Nous longeons un second lac et poursuivons la montée pour déboucher sur l’Estany  de Gerber splendide lac  ceinturé de magnifiques sommets.

La collecte de champignons est importante et a permis à Patrick de nous éclairer sur  ces variétés que sont les bolets, coulemelles, lactaires délicieux, amanites tue-mouche et russules. Un premier sac est trop petit. Heureusement que Michel nous en procure un bien plus grand très vite rempli.

Le retour se fait sans encombre en complétant la collecte alourdissant le sac. Le poids des champignons une fois cuits s’est réduit à 3650g !!

 Nous rejoignons les voitures vers 13h. La distance parcourue a été moindre qu’envisagée : 8 km avec 500m de dénivelé.

Nous reprenons la route vers Vielha que nous dépassons pour entrer dans l’Artiga de Lin, vallée que nous remontons jusqu’à proximité du refuge d’Artiga de Lin. Nous déjeunons vers 14h30, à l’heure espagnole !!

Après le repas nous allons visiter la cascade d’Uelhs deth Joeu, une résurgence des eaux du Trou du Toro, autre source de la Garonne mais on avait découvert la vraie source mardi, notre premier jour de rando. Une boucle de 2,3 km après une montée aménagée d’escaliers nous conduit dans un petit cirque et le Plan querra dera  Artiga, reste d’une vallée glacière où après être passés près du refuge nous regagnons les voitures.

De retour à l’hôtel l’ensemble du groupe part vers un village voisin en vue de visiter l’église Santa Eularia d’Unha remarquable mais celle-ci est fermée tout comme les bars du village.

Du coup, nous remontons à Salardu pour boire un coup pour conclure la journée !!

Pierre

 

Jour 6 samedi 22/09 : trajet retour avec arrêt visite à Saint-Bertrand de CommingesVal d’Aran, Saint Just et Saint Bertrand de Comminges : J6

 

Et voilà, samedi 22 septembre dernier jour de sortie en Val d’Aran. Nous nous sommes retrouvés à 15 sur le parking de l’hôtel car cinq personnes avaient été obligées de nous quitter en particulier May à qui nous souhaitons un prompt rétablissement.

Arrivés à 12 à Saint Bertrand de Comminges puisque trois autres sont rentrés directement à Ger, nous allâmes pique-niquer près de l’église Saint Just de Valcabrère. Nous nous sommes dirigés vers cette église romane des XI° et XII° siècles.  

  Ce site est occupé depuis fort longtemps : probablement avant les romain et surtout depuis le IV° siècle. Pour édifier cette église, les bâtisseurs n’ont pas hésité à emprunter des pierres tombales qu’ils ont retaillées et, suivant leur état, à les disposer plus ou moins loin du chœur sans s’occuper des sculptures.

 

 Le sarcophage  de Saint Just est situé derrière la table d’autel dans une niche surélevée

Extérieurement d’autres pierres d’origine romaine ont été utilisées pour preuve cette tête provenant d’une tombe

A la sortie tout le monde semblait très content de cette première visite.

 

Pour la visite de Saint Bertrand de Comminges, nous étions tous sérieux à l’écoute des explications de l’audio guide.

La cathédrale Sainte Marie de style roman a été surélevée en style gothique. Elle est située sur un ancien oppidum celte qui a donné naissance à la cité romaine de Lugdunum Convenarum. C’est en 1083 que, grâce à Bertrand de l’Isle, la cité se redresse. C’est également lui qui surélève la cathédrale et construit une partie du cloître qui est ensuite rénové et agrandi aux XII° et XIII° siècles. A sa mort en 1123, il est reconnu comme saint par la population puis canonisé en1218 et Lugdunum devient Saint Bertrand de Comminges en 1222.

 

Quand on pénètre dans la cathédrale, le bois se marie à la pierre dans cette entrée. Tout d’abord l’orgue auquel on monte par une porte ressemblant à un confessionnal puis un escalier à vis qui aboutit d’abord à une sorte de chaire puis se poursuit à l’abri des regards. Il est le seul en Europe à être disposé en coin.

Puis face à vous, il y a le fond de la clôture avec à droite des sculptures en bois et à gauche des bois polychromes. La visite se poursuit en longeant la clôture qui sépare les moines des pèlerins.

 L’intérieur de la clôture est constitué de stalles avec ses sièges et ses miséricordes en bois sculpté d’une très grande beauté et très expressifs.

 

L’autel dédié à la vierge est en bois doré. Il faut également admirer les trois grands vitraux du XVI° siècles seuls rescapés des grandes modifications.

Enfin le trésor avec ses habits sacerdotaux brodés d’or et ou d’argent ainsi que les objets de culte également en or ou en cristal.

 

La journée s’est terminée « Chez Simone » où nous avons bu le verre de l’amitié en remerciant chaleureusement Michel pour cette semaine si agréable.

 

J-L et F

les photos de Michel  J1     ici 

                              J2    ICI

                       J3    ICI

                              J4    ICI

                             J5     ICI

                             J6     ICI



Ajouté le 20/09/2018 par Multiples - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA