G1 - Pic d'Oussamiaou (2056 m) en boucle depuis Tramassel

Rando en « terre inconnue »… à  l’autre bout  du Hautacam …

Partis confiants… de Tramassel, nous ne pensions pas qu’approcher le Miaou serait chose délicate ; une tentative avait été osée il y a 4 ou 5 ans, mais le félin ne s’était pas laissé aborder…                           

Aujourd’hui, armés de leur GPS, carte et surtout « flair », nos animateurs en fins limiers ont eu raison du brouillard et de sa ténacité à nous jouer les trouble-fêtes et rendre la capture du fauve des plus délicates !

Pas visible du parking, il nous fallut le découvrir en saluant sur notre passage, le pic de Barran avec son cairn aperçu de la Moulata et le pic de Mont, bien connus des LPC pour y avoir traîné leurs raquettes…le col de Barran et ses Penas dont le cheminement sur les crêtes ne fut pas aisée; navigation sans repère : à 100m, à 10m, à 1m du « fog » bien dense et autour de nous le néant …seuls nos pieds savaient ce qu’ils faisaient et pour dompter la bête ,l’approche en fut difficile : la trace « vue en songe par Gaston » a donné lieu à quelques adaptations de la part de notre meneur Christian …. En descente du point haut de la rando (2085 m mais sans nom) il nous a fait passer dans les rhodos à flanc sous la Pena, puis remonter toujours dans les rhodos, mains agrippées aux arbustes pour enfin trouver une jolie sente « alpine » face à notre Miaou tout juste dévoilé : belle allure, rien d’un animal agressif, tête bien ronde, poil bien vert tacheté de blanc, queue…on n’ a pas eu le temps de voir !sans ronronnement ni feulement, dans une ambiance feutrée par le brouillard, notre animal nous offre son dos humide (2056 m) , nous y déposons  notre pâtée et la dévorons sans s’attarder…nous remercions notre hôte par des miaous, miaous et promettons de revenir le voir un jour meilleur !!!

La descente, puisqu’elle était prévue au programme a demandé attention et intuition de la part de nos éclaireurs…et comme il est plus facile de dévaler des pentes plutôt que de suivre un sentier bien marqué…tout ça pour coller à la trace « vue en songe toujours par Gaston», nos guides n’ont pas eu d’hésitation … si on fait le compte sur ces pentes descendues : pas moins de 10 chutes sur cailloux humides ou herbes mouillées et …si vous prêtez l’oreille, vous pouvez encore entendre la plainte des rhodos quand Caro les a caressés, voire heurtés de son noble fessier !

Les rhodos…un des émerveillements de notre sortie ! nous étions venus pour la vue que notre Oussamiaou devait nous offrir (Oùssa qu’elle était la vue !)…mais le brouillard n ‘ a pas tous les droits, il ne va pas non plus nous cacher la verdure !... sous nos pieds des tapis fleuris , à rendre jaloux les plus beaux jardins de notre région…et comme le dit le proverbe «  faute de grives, on mange des merles » et bien nous, « faute d’isard, on a vu un lièvre » venu s’abreuver à l’eau pure du ruisseau…chemin faisant , alors que nous commencions à rentrer dans le « bois », un Arbre, un majestueux Sapin aux multiples troncs, résultat d’une histoire de plusieurs siècles, certainement tourmentée a soulevé des » oh !et des ah » ! d’admiration. Mitraillé, entouré (il fallut s’y mettre à 5 pour en faire le tour)…il le fut et sans demander l’avis des experts, nous lui avons donné le statut  d’ « arbre remarquable ».

Le saviez-vous,…le petit de l’isard jusqu’à 2 ans s’appelle d'abord le chevreau puis l’éterlou pour les jeunes mâles…tout ça, ça s’est raconté à l’auberge d ‘ Artalens en buvant bières et menthes réconfortantes, accompagnées d’un bon gâteau au chocolat fait « maison »…

Ce fut une très belle journée si on sait en oublier le temps.

Un grand merci à nos animateurs car ce n’était pas évident !

Sylvie

 

Quelques chiffres : 12 LPC ( 5F et 7 H) ; point haut de la rando 2085 m - distance parcourue 14 kms pour une D+ de 900 m - jour (presque) "blanc avec le brouillard ; temps chaud et (très) humide 



Ajouté le 23/06/2018 par SC - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA