G2---LE PLATEAU DE L'ISARCE

Après s’être garé à proximité de l’immense carrière d’Asson, 11 LPC (9h, 2F) ont attaqué d’entrée la rude montée qui doit les mener sur le plateau de l’Isarce (fait avec les Soum Saint-Péens en 2011 mais en partant de Saint-Pé-de-Bigorre), le cœur léger et le bagage mince, d’autant que les quelques nuages présents nous laissaient entrevoir une journée ensoleillée et dégagée.

 

La montée était annoncée rude, et elle le fut dans cette forêt qui domine Arthez-d’Asson avec quelques passages de clairières qui nous promettaient de belles vues au sommet de l’Isarce. Terrain un peu gras, quelques passages où le chemin était envahi de ronces, et toujours cette montée soutenue qui nous a mené au col de la Trencade au pied du Pène de la Hèche, immense crête rocheuse ciselée que l’on s’est promis un jour de tenter (E5/T5/R4 comme le dirait, sans doute, la grille de cotation).

 

A partir de là, même si nous étions au soleil, la plaine au nord commençait à être envahie par un brouillard fluctuant, et les sommets du sud étaient estompés par les nuages. Nous avons donc continué notre cheminement sur la ligne de crête et ses montagnes russes, avec par endroit des entrées de gouffres très profonds que nous avons contourné avec prudence. A midi pile (3 heures de montée) nous sommes arrivés au point culminant de la rando et du plateau  de l’Isarce où normalement nous aurions dû avoir une immense vue  sur la plaine jusqu’à Pau  et Tarbes et sur les sommets environnants. Les Dieux en avaient décidé autrement en nous envoyant ce satané brouillard qui montait de la vallée et ces fichus nuages qui obstruaient les sommets.

 

De dépit, nous avons posé nos sacs  et nous nous sommes remonté le moral en attaquant le PN et ses douceurs liquides et solides habituelles. Après, il était prévu que nous fassions un saut jusqu’aux Toupiettes (promontoire rocheux au nord du plateau), mais la vue bouchée nous a incité à descendre tout droit jusqu’à la cabane de l’Isarce en  contrebas du plateau. De là nous avons suivi le sentier des Liots, super bien balisé, qui serpente dans une magnifique hêtraie.

 

Le reste de la descente s’est effectué sur un sentier très pentu et humide, où toute l’attention des participants a été sollicitée. Retour aux voitures après  6h de rando (3h de montée, 1h de PN, 2h  de descente), 10 km et 950m  de D+ (un bon G2 quoi !!!).

 

A bientôt.

 

JYSC



Ajouté le 27/10/2017 par JYSC - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA