Marche nordique 23-10-17

Lundi  23 octobre : temps magnifique malgré la « Tempête »

 

Le fond de l'air est presque aussi piquant ce matin, que le menhir vu par deux fois sur le parcours, côté pile et côté face comme pour annoncer aux 14 marcheurs qu'un événement surnaturel va arriver. On ne s'attarde pas longtemps sur le parking du stade, il faut vite s'échauffer pour éviter l'onglée, et l'on s'engage sur le chemin tapissé d'herbe verte couverte de rosée. Fera-t-il beau, fera-t-il chaud ? Pour l'instant, les perles de rosée nous annoncent seulement que c'est un peu frais pour les pieds mal chaussés et les mollets à l'air, mais nous ne décidons pas encore de porter nos jambières (les guêtres) ; est-ce par coquetterie, ou est-ce pour conjurer les effets des éléments atmosphériques ?

La chaleur nous surprend assez vite et l'on effeuille un à un nos vêtements, quitte à frissonner dans la forêt humide, où nous rencontrons l'une des nôtres chargée ce jour-là de garder un très féroce animal dont elle avait la charge. Après le renforcement de notre musculature profonde, nos pas de géants nous  conduisent devant la forteresse en perpétuelle évolution de la Métairie devant laquelle surgit « tempête », cheval au caractère aussi bien trempé que celui de son cavalier, dit-il, fier de parader sur son splendide destrier...

 

Il est parti comme il est arrivé, nous laissant dans nos rêves médiévaux, au pieds de l' architecture  de pierre, pour la photo de la troupe.

 

C'est le retour avec l'ultime difficulté du jour : le saut du torrent, dans lequel, je l'affirme, nous sommes toujours 14 au retour, personne ne s'est noyé ! 

 

Michèle



Ajouté le 23/10/2017 par MD - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA